Ferme de Thury Narbéfontaine

Ferme de Thury Narbéfontaine

Petite région naturelle

 La petite région doit son nom aux deux cours d'eau, la Nied française et la Nied allemande qui se rejoignent à Condé-Northen en amont de Boulay, et dont les dénominations indiquent d'emblée que nous sommes dans une région aux influences multiples, dans un espace de croisée de frontières. Au sud, le bassin de la Nied française est séparé par celui de la Seille par la côte de Delme (403 m d'altitude). Après le confluent, le tracé de la rivière oblique vers le nord-est, contourne la dépression du Warndt et se jette dans la Sarre, en aval de Sarrelouis.

Une analyse de sols a été réalisée en 2003 par le CGA de Lorraine. Elle montre que la roche mère est une marre plus ou moins calcaire selon les îlots. Les sols sont globalement de texture argilo-limoneux, et de structure compacte en surface mais plus aérée en profondeur.

 C’est un milieu vallonné, constitué d’un plateau où se mêlent vallées et vallons. On retrouve également un paysage de côtes et cuestas. Ces dernières sont alignées de façon parallèle avec des directions nord-sud. L’alternance de couches tendres et dures conjuguées à un faible pendage en sont les principales raisons.

 

Le climat local est continental humide, avec des étés chauds, des hivers rudes ainsi qu’une variation rapide des températures et des précipitations dominantes et répartie durant l’été.
En année moyenne, ce climat se caractérise par deux grands chiffres.
Tout d’abord au niveau des températures, on enregistre 50 jours de gelée par an dont 27 jours sans gel. Les risques de dégâts de gel sur les céréales sont importants une année sur quatre. Cependant les dégâts les plus importants sont dus aux gelées tardives (6 jours de gelée en moyenne en avril et 2 jours en mai). Cela oblige donc l’agriculteur à choisir des variétés de céréales résistantes au froid, plutôt tardives et d’augmenter la densité de semis pour obtenir suffisamment de pied à la sortie de l’hiver.
Au niveau des précipitations, la pluviométrie est en moyenne de 850 à 900 mm environ par an, avec une tendance forte en octobre, novembre, décembre, janvier. Le nombre de jours de pluie est élevé, il atteint 178 jours. Les pluies estivales sont tempérées par l’évapotranspiration quant aux conséquences sur le lessivage des éléments fins. En hiver l’évapotranspiration étant pratiquement nulle et l’activité microbienne ralentie, le lessivage est systématiquement possible. L’apport des amendements et engrais minéraux et organiques pendant la période hivernale est à proscrire.
Cela représente une certaine contrainte dans les sols argileux, l’agriculteur est obligé d’attendre plus longtemps pour que les champs ressuient.
 

 

 

 Le plateau connaît une limite naturelle vers l’est, qui n’est qu’une cuesta de direction nord-sud, qui marque la séparation entre deux sous bassins de vies. A l’est de celle-ci, on trouve celui de Boulay et à l’ouest celui de Metz.


14/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres